Daniel Lambert, l’artiste

Né de souche Malouine (St Malo-35) en avril 1946, Daniel LAMBERT se découvre la fibre artistique en 1983 dans l’atelier de l’Union des Beaux-Arts de la commune « Lagny-Sur-Marne » (77). Le plaisir et la passion de peindre le prennent à bras le corps.

Daniel Lambert, artiste pluridisciplinaire…

<< Quand on est peintre, on ressent un jour l'envie d'explorer d'autres techniques de la création >>

Le peintre

Daniel Lambert se met passionnément à la pratique de la peinture pendant plusieurs années. Il travaille d’abord sur le motif (modèles vivants, natures mortes, paysages). Cependant il s’ennuie et finit par se détacher petit à petit des aspects traditionnels et conventionnels pour se consacrer à la création pure et dure, celle tirée de l’imaginaire. Daniel Lambert est un coloriste évident à en juger ses oeuvres picturales.

<< Contrairement à certains artistes, la toile blanche ne me fait pas peur, au contraire, j’aime la regarder, parfois longuement, jusqu’à l’hypnose : moment où je plonge dans l’inconnu et où à force de tracés et de touches de couleurs la « révélation » se présente à moi. C’est alors le début d’une histoire imaginaire. C’est ainsi qu’un jour au détour d’une toile se présente à moi le premier de la série des cyclopes >>

Ses maîtres successifs : Ludovic Chenot (Union des Beaux Arts de Lagny) – Jean Sauvigné (Dessins) – Claude Fauchère (Couleurs) – Gerard Marti (Sculpture) – Stuart Roussel (Fonderie d’art)

L’auteur

A force de travail et de volonté sur le métier on finit par acquérir la méthodologie du gestuel et la dextérité de la manipulation des outils. Durant ce long moment d’apprentissage on inscrit sur le papier le résultat de nos essais ce qui finit par déboucher sur un cahier d’observations et de notes assez conséquent. Alors cela peut devenir un ouvrage… Ainsi, pour partager et surtout pour éviter à d’autres de perdre du temps et de l’énergie dans la recherche du savoir et du savoir-faire, l’artiste à jugé bon de sauver son patrimoine technique en rassemblant ses notes dans un ouvrage. Tout lecteur peut dès lors s’inspirer des observations du praticien. L’ouvrage de l’artiste « Moulage et fonderie d’art », dont la volonté de transmettre est certaine, est disponible depuis 2002 aux éditions H. Vial à Dourdan (91) – Tél : 01 64 59 70 48.

Dans son livre (reflet de plus de dix années d’expérience dans les domaines de la sculpture, du moulage et de la fonderie d’art) Daniel Lambert décrit très précisément avec force illustrations les notions de bases indispensables à la pratique des arts plastiques et des arts du feu. En quelque sorte un livre de cuisine avec recettes et conseils avisés. On peut le commander via le site des éditions H.VIAL ou sur AMAZON ou encore à la FNAC

le sculpteur

Daniel LAMBERT éprouve la curiosité de transposer sa peinture dans l’espace et à travers le volume. Aussi, après des années de pratique des beaux-arts il se lance dans les arts plastiques. Il travaille activement à modeler la terre puis la cire, à gâcher et modeler le plâtre, à tailler le polystyrène expansé qu’il recouvre de mat et tissus de verre stratifiés pour réaliser des oeuvres plus imposantes.

<< A mon sens, la sculpture éduque davantage le regard que la peinture. Elle permet d'apprendre à mieux observer les formes : on voit ce qui se passe derrière l'objet. L'exercice de la peinture et en elle particulièrement celui du dessin, m'apporte beaucoup, car sculpter c'est aussi dessiner (dans la masse). Tout comme il est important de respecter l'harmonie des couleurs en peinture, il est important de respecter l'harmonie des lignes et des volumes en sculpture >>.

Le Syndicat National des Sculpteurs et plasticiens installé au 11 de la rue Berryer à PARIS dans le 8ème arrondissement peut vous apporter de l’aide. Pensez à le consulter : Tél : 01 42 89 34 14

Le fondeur

<< Quand on est sculpteur et que l'on aime les choses techniques, on est obligatoirement amené à toucher aux techniques du moulage pour atteindre le domaine de la fonderie d'art. La version en bronze de l'oeuvre originale en assurera la pérennité >>

Cependant, derrière le métier de fondeur d’art se cache d’autres métiers tels ceux : Du moulage, de la fonte de la cire et du métal, de la réparature et ceux de la ciselure et de la patine. En 1991, Daniel LAMBERT attrape le virus de la fonderie lors d’un stage d’initiation en provence chez S. Roussel.
De retour à son domicile il fabrique sa plate forme de fonderie et se lance dans la reproduction en bronze de ses créations qu’il coule lui-même au coeur de son atelier. Il travaille essentiellement la technique de la fonte à cire perdue (bronze tiré d’une cire) en utilisant les techniques traditionnelle et ancestrale, c’est-à-dire des moules en plâtre réfractaire et des moules en argile réfractère.

Pour vous aider n’oubliez pas de consulter le site des fondeurs de France comme celui de l’Association Technique de fonderie et celui de Métal-connexion.

Prendre contact avec l'artiste directement par formulaire